Les surdoués sont-ils plus sujets que d’autres aux allergies et maladies auto-immunes ?

 

Une allergie est une réaction inadaptée du système immunitaire qui "attaque" un agent qui n’est pas pathogène : un aliment, une poussière, un produit, un pollen…

 

Une maladie auto-immune est une réaction du système immunitaire qui "attaque" un groupe de cellules ou un organe considéré à tort comme étranger à l’organisme et dangereux : les îlots de Langerhans qui sécrètent l’insuline et dont la destruction par le système immunitaire aboutit à un diabète de type 1 (insulino-dépendant), la couche de myéline qui recouvre les fibres nerveuses et dont le rôle est de protéger et faciliter le fonctionnement du système nerveux. Leur destruction cause la sclérose en plaques…

 

Les allergies et les maladies auto-immunes s’expliquent par la même cause : le système immunitaire trop réactif ou trop peu sélectif s’attaque à des cellules qui ne sont pas dangereuses, voire qui sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme.

 

Que ce soit de visu en consultation ou sur des sites ou forums traitant de précocité, de nombreux témoignages montrent que les personnes à haut potentiel souffrent, de façon sur-représentée, de troubles inflammatoires plus ou moins chroniques, que les médecins ne s’expliquent pas toujours, d’allergies parfois très étendues (de très nombreux allergènes et aliments habituellement peu impliqués dans les allergies), de maladies auto-immunes...

 

Exemples de témoignages sur cette page du forum « Zebrascrossing » : http://www.zebrascrossing.net/t7818-maladies-auto-immunes

 

Ou encore ce sondage, sur le même forum : http://www.zebrascrossing.net/t5400-zebres-et-propension-aux-maladies-auto-immunes

 

Cécile Bost évoque un lien entre haut potentiel et allergies et maladies auto-immunes dans son livre «Différence et souffrance de l’adulte surdoué ».

 

L’information apparaissait déjà dans un livre plus ancien (de mémoire « Doué, surdoué, précoce » de Sophie Côte, mais je ne garantis pas la source). L’auteur écrivait qu’il y aurait un lien entre la précocité et une trop forte concentration de testostérone pendant la grossesse. Cet excès de testostérone conduirait à mieux développer l’hémisphère droit (celui qui est souvent plus performant chez les surdoués) et sous-stimuler le thymus impliqué dans l’immunité. Cela n’a pas été prouvé, mais reste une hypothèse qui fait toujours l’objet de recherches.

 

L’étude décrite dans ce livre est rappelée sur le site « Planète douance » : http://www.planete-douance.com/echanges/topic/cecile-bost-difference-et-souffrance-de-ladulte-surdoue/

 

L’auteur du site rappelle cette étude qui date de 1982, d’après laquelle Geshwind et Behan concluaient que l’excès de testostérone passée la vingtième semaine de grossesse favoriserait l’hypertrophie du cerveau droit, des dérèglements dans le cerveau gauche, dont la dyslexie par exemple, et également des dérèglements dans le thymus qui favorisent les maladies auto-immunes.

 

Il est clair qu’il y a une prévalence de ces maladies chez les personnes à haut potentiel. Les allergies et maladies auto-immunes sont non seulement plus fréquentes, mais peuvent aussi être atypiques et peu compréhensibles des médecins.

 

Il n’est pas étonnant de trouver davantage de ces pathologies chez les personnes à haut potentiel. Non pas que l’intelligence en elle-même occasionne un stress supplémentaire pour l’organisme (quoique !), mais parce que ces personnes sont hyper-réactives. Leur système immunitaire peut lui aussi être hyper-réactif et réagir trop fortement à trop de choses, dont des substances et cellules inoffensives ou indispensables à la vie.

 

« La sérotonine intervient aussi dans les manifestations allergiques et inflammatoires, ce qui expliquerait les manifestations pathologiques que subissent certains adultes surdoués : allergies multiples, douleurs inflammatoires diverses, maladies auto-immunes étranges… »

 

(Extrait de mon article sur le sommeil : Sommeil et précocité )

 

Les surdoués manquent facilement de sérotonine, car leur sommeil contient beaucoup de sommeil paradoxal pendant lequel la sérotonine n’est plus sécrétée, tout en étant consommée.

 

En conclusion, si vous souffrez de nombreuses allergies et/ou d’une ou plusieurs maladies auto-immunes, et que par ailleurs, vous vous reconnaissez des caractéristiques typiques (hypersensibilité, pensées et questionnements incessants…), vous être peut-être surdoué.

 

L'indice de Manning

 

L'hypothèse comme quoi le taux de testostérone pendant la grossesse pourrait influencer le développement du cerveau n'est pas validée, mais aucune étude n'est encore venue la contredire.

 

Il semblerait qu'il soit possible de savoir si une personne a été exposée abusivement à la testostérone pendant la période fœtale.

 

L’indice de Manning correspond au ratio entre la taille de l’index et celle de l’annulaire. Il se calcule en divisant la taille de l’index par celle de l’annulaire. L’index et l’annulaire sont censés être de même taille chez la femme (ratio de 1 entre la taille de l’index et celle de l’annulaire) alors que l’annulaire est légèrement plus long chez l’homme (ratio de 0.96).

 

Des études ont montré que la taille de ces deux doigts est influencée par les doses d’hormones auxquelles la personne a été exposée durant sa vie fœtale. Il a été établi qu’une forte exposition aux œstrogènes (hormones féminines) aurait pour résultat un allongement de l’index, alors qu’une forte exposition à la testostérone (hormone masculine) serait responsable d’une longueur plus importante de l’annulaire, et particulièrement sur la main droite.

 

Une personne dont l’annulaire est plus long que l’index, pourrait avoir été exposée à des taux élevés de testostérone avant de naître.

 

×