Pourquoi certains enfants précoces ont-ils des résultats très hétérogènes au test de QI ?

 

Les enfants qui réussissent brillamment certaines épreuves et beaucoup moins les autres épreuves, sont loin d’être des cas isolés. Un enfant précoce n’est pas forcément aussi performant dans tous les domaines mais des écarts trop importants doivent alerter, ils cachent peut-être un trouble cognitif ou un trouble d’apprentissage. Beaucoup de psychologues ne sont pas en mesure de donner un sens à cette hétérogénéité. Il faut en effet être formé à la neuropsychologie pour tenter d’expliquer les écarts importants entre les notes ou les indices des tests. Les parents aimeraient comprendre pourquoi leur enfant excelle dans certaines épreuves et sont nettement moins performants dans d’autres, surtout si des fragilités ou difficultés sont repérées dans le travail scolaire. Ils supposent que ce profil hétérogène pourrait expliquer en partie le parcours scolaire de leur enfant. Malheureusement, les psychologues qui n’ont pas une approche neuropsychologique ne peuvent pas donner une analyse même hypothétique du profil cognitif de l’enfant.

 

Par exemple, un enfant réussit brillamment les épreuves verbales mais les autres épreuves, qui nécessitent de bonnes compétences visuo-spatiales et/ou attentionnelles sont très moyennement réussies. Il faut essayer de comprendre pourquoi il y a un tel écart entre les épreuves verbales et non-verbales. Le plus efficace mais onéreux est de compléter les bilans déjà faits par un bilan neuropsychologique. Auparavant, je conseille de faire déjà vérifier la vue (trouble visuel ou fatigue visuelle ?) puis de demander un bilan orthoptique neurovisuel qui peut-être montrera un trouble de la prise d'information visuelle et/ou de l'organisation du regard qui pourrait expliquer cet écart. Si les épreuves de mémoire de travail sont également échouées ou nettement moins réussies que les autres épreuves verbales, un bilan orthophonique est souhaitable, à la recherche d’une probable dyslexie.

 

Les troubles neurovisuels peuvent fatiguer l'enfant et le décourager car il doit faire beaucoup d'efforts et se sent en difficulté. Ils peuvent occasionner des difficultés et/ou lenteurs en lecture (mais généralement compensées en cas de précocité), orthographe et copie, tout ce qui passe par un traitement visuel. Le problème avec les enfants précoces, c'est qu'ils peuvent compenser longtemps et on prend conscience de leurs difficultés trop tardivement. On aurait pu les aider plus tôt. D'ailleurs, certains réussissent aussi à compenser et obtenir des notes correctes au bilan orthoptique. Donc, ils donnent l'impression de ne pas avoir de problème et continuent à devoir faire plus d'efforts que nécessaire. J'insiste toujours beaucoup sur le fait que cet écart à un sens, dans mon compte rendu écrit, afin que l'orthoptiste soit vigilante au fait que la précocité peut masquer des choses.

 

Une hétérogénéité peut aussi s’expliquer par un trouble de déficit d’attention avec ou sans hyperactivité. Cela est assez fréquent chez les enfants précoces, y compris dans un contexte de syndrome d’Asperger ou de trouble envahissant du développement (dysharmonie du développement avec traits autistiques légers). Seul un bilan neuropsychologique pourra confirmer ou infirmer ces diagnostics.

 

×